Ça déménage !

fullsizeoutput_6@ photo Alain Delorme

 

Salut les gosses !

Puisque tu sais maintenant que j’ai décidé de laisser à nouveau mes doigts s’exprimer en mode AZERTY, ( sache accessoirement que je maîtrise aussi le QWERTY ), je dois te dire que ce qui m’a motivée dans le désir de te raconter des histoires à dormir debout captivantes, ce n’est pas uniquement dû à l’amour paternellement inconsidéré de mon blogopote Petitalan, mais c’est aussi dû à mon récent déménagement.

Je m’explique : Ex  » régionnée  » durant 6 années pour me retrouver dans la peau d’une normande, j’ai eu la soudaine envie de revenir au bercail pour rechausser mes sabots dondaine. Oh ! Oh ! Oh ! Autant te dire que rapatrier 60m3 en quelques jours parce que tu dois quitter ton ancienne life à toute blinde, c’est une aventure à te faire tomber les poils pubiens d’une manière impressionnante.

Je m’explique encore : J’ai décroché un job du tonnerre in extremis au pays du Grand Duc Henri. Conséquence, ni une ni deux, j’ai foncé sur le Net pour dégoter un déménageur sympa qui transporte aussi les plantes. Rien de passionnant jusque-là, mais le chrono était lancé car ce qui m’attendait relevait de l’expérience Koh Lanta en arrivant sur mon nouveau lieu de vie.

Je m’explique encore une fois : Alors que j’ai quitté une maison de rêve située dans une résidence de rêve façon Victoria Lane, j’ai débarqué dans la bicoque familiale qui avait tout des scènes de crime que tu peux trouver dans l’émission  » C’est du propre  » sur M6. Le bordel total et des toiles d’araignées à te faire tomber les chicots trois par trois. Conséquence, j’ai gonflé mes biceps pour débarrasser les lieux, récurer, frotter, laver, peindre, tapisser, poncer, percer, tout ça en un temps record parce que la rentrée était très proche. Eh oui, t’auras compris que je bosse dans un bahut de grand standing.

Autant te dire que mon ostéopathe a pu partir tranquille en vacances vu les Boyards que je lui ai laissés sur sa table de soins. Bref, la rentrée a eu lieu et j’ai presque remis la baraque en ordre. Mais tu vois l’ami(e), j’ai une sainte horreur des déménagements parce que c’est la lose totale au niveau des nerfs et du bon équilibre émotionnel. J’ai craqué des neurones plus d’une fois, mais le côté positif est que j’ai toujours pu compter sur mon chat qui m’a soutenue mieux qu’un pro de la psy. Quel été pourri quand-même !

Morale de l’histoire, si tu veux pas t’emmerder avec ce genre d’embrouille ménagère, reste chez toi !