Picasso : Peinture, Amour et Fantaisie

fullsizeoutput_668.jpeg

Les copains, today, je t’envoie cultiver ton neurone au musée. Celui qu’est dédié à Picasso, siou plaît. Loin de 69, année érwotique, on est en 1932, année particulière dans la vie de monsieur le génie que j’adore.

Après un premier mariage, il s’installe en Normandie avec son amante et muse Marie-Thérèse Walter et ce bonheur partagé le pousse vers de nouvelles couleurs, des angles, des portraits, bref, une joie et une sensualité inédites. Lis un peu le topo que je te rapporte du site : www.museepicassoparis.com



🎨  🎨  🎨  🎨  🎨  🎨  🎨  🎨  🎨  🎨  🎨  🎨  🎨



 

« Picasso 1932. Année érotique » est la première exposition dédiée à une année de création entière chez Picasso, allant du 1er janvier au 31 décembre d’une même année. L’exposition présentera des chefs-d’œuvre essentiels dans la carrière de Picasso comme Le Rêve (huile sur toile, collection particulière) et de nombreux documents d’archives replaçant les créations de cette année dans leur contexte.

Cet événement, organisé en partenariat avec la Tate Modern de Londres, fait le pari d’inviter le visiteur à suivre au quotidien, dans un parcours rigoureusement chronologique, la production d’une année particulièrement riche. Il questionnera la célèbre formule de l’artiste selon laquelle « l’œuvre que l’on fait est une façon de tenir son journal », qui sous-entend l’idée d’une coïncidence entre vie et création. Parmi les jalons de cette année exceptionnelle se trouvent les séries des baigneuses et les portraits et compositions colorées autour de la figure de Marie-Thérèse Walter, posant la question du rapport au surréalisme.

En parallèle de ces œuvres sensuelles et érotiques, l’artiste revient au thème de la Crucifixion, tandis que Brassaï réalise en décembre un reportage photographique dans son atelier de Boisgeloup. 1932 voit également la « muséification » de l’œuvre de Picasso à travers l’organisation des rétrospectives à la galerie Georges Petit à Paris et au Kunsthaus de Zurich qui exposent, pour la première fois depuis 1911, le peintre espagnol au public et aux critiques. L’année est enfin marquée par la parution du premier volume du Catalogue raisonné de l’œuvre de Pablo Picasso, publié par Christian Zervos, qui place l’auteur des Demoiselles d’Avignon dans une exploration de son propre travail.

Tate logo L’exposition est organisée en partenariat avec la Tate Modern à Londres.

 

À Paris jusqu’au 11 février 2018

9 commentaires sur “Picasso : Peinture, Amour et Fantaisie

  1. Bonjour Katia. Bon, on a pas de bol toutes les deux, Picasso est loin d’être un de mes peintres préférés même si j’aime certaines choses de lui. Ceci dit j’ai eu plaisir à voir quelques unes de ses oeuvres dans les musées que j’ai pu fréquenter parce que, comme tu dis, il faut cultiver ses neurones mais j’ai d’autres amours en matière de peinture. Je te souhaite une très belle journée, ici nous sommes sous 15 cm de neige à 520 m d’altitude environ et pas question que je me déneige la voiture alors les toutous, ce matin, ce sera jardin parce que par ici, ça grimpe tout le temps et je ne suis pas une fan de la conduite sur neige.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Marie,

      Je ne pense pas que ce soit une histoire de bol entre nous, chacun a simplement ses propres ressentis. J’ai toujours aimé l’oeuvre de Picasso et j’ai as mal travaillé son style durant mes études artistiques. Tiens, ce matin en t’écrivant mon commentaire, je te disais que nous n’avions pas de neige, eh bien maintenant il neigeote.

      J'aime

    1. Bonjour Marguerite !

      Alors nous sommes en phase avec l’artiste et son génie. J’adore sa technique picturale et sa liberté d’expression au niveau du trait. Par contre, j’ai pu voir des oeuvres monumentales de Salvador Dali en Allemagne et j’étais soufflée par la précision et le rendu des oeuvres. Incroyable ! Bonne journée à toi aussi Marguerite.

      Aimé par 1 personne

  2. Salut.
    Lorsque je regarde les œuvres picassiennes dans les musées ou à la télé, je suis toujours surprise du découpage presque anatomique des personnages peints par l’artiste.
    N’auriez vous pas aimé devenir autopsiste monsieur Picasso par hasard?
    L’impression parfois désagréable d’un étalement de membres ou d’organes déposés sur une toile puis coloriés selon le bon vouloir de l’ariste.
    J’avoue ne pas trouver désagréable la vision de certaines œuvres, les demoiselles d’Avignon, bien qu’elles soient tarabiscotées dans leur ensemble ne me déplaisent pas.
    Par contre, l’œil torve qui me zieute et qui me fait comprendre qu’il est moche soit, mais peint par Picasso lui même, me donne l’envie de lui tirer la langue et de lui rétorquer ‘’ même pas peur ‘’
    A plus.

    Aimé par 2 personnes

  3. Salut Dan !

    Alors toi aussi tu aimes l’artiste ? Sous un certain angle, je l’ai compris. Moi j’aime les yeux torves de Picasso, ils me plaisent à fond les turbines. Après, tout dépend du goût de chacun. Bonne journée à toi et garde tes yeux bien en face des trous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s