Un Pouchkine, tous… tous les deux ?

fullsizeoutput_424

Quand je me rends à la capitale, ce qui arrive quand-même de temps en temps, j’ai une obsession. J’ai beau traîner mes guiboles à Montmartre, Saint-Germain des Prés ou au Mc Do du coin, c’est toujours du côté de l’Opéra que je termine ma course folle pour aller déguster une pâtisserie au Café Pouchkine.

Regarde un peu le travail, du grand art, en plus d’être succulent ! Bon sang, quand tu débarques au Printemps et que tu glisses amoureusement vers la boutique située dans le labyrinthe à fringues toutes marques de luxe confondues, toutes saisons mélangées, un peu comme les pneus Michelin disponibles à tout moment sur internet, tu découvres un stand à te faire vriller les papilles en un quart de secondes.

C’est tout juste si quand je repars de là-bas après avoir fait le plein de patoches, j’y laisse pas mon corps astral pour faire durer le plaisir. Si tu me crois pas, va faire un tour quand tu rendras visite à la dame de fer, pis tu m’en diras des nouvelles. En attendant, je te laisse baver devant ton écran, mais fais gaffe, ça risque de gripper ton clavier qui va se noyer sous ton ADN salivaire. Action !

fullsizeoutput_421fullsizeoutput_425

fullsizeoutput_423

fullsizeoutput_422

Alors ? !!!

Ben ouais, je l’savais !

Concours #1 : The winner is…

Les copains, voici le résultat du concours l’Occitane. Puisque je peux encore me le permettre, voici la liste des participants :

1 – Petitalan

2 – Dan

3 – Elo

4 – Tinou

5 – Marie-Esthèle

6 – Nymphée

7 – Angélique Renard

fullsizeoutput_420

Tinou est donc l’heureuse gagnante ! Bravo ! Communique-moi ton adresse via le formulaire de contact et tu recevras ton cadeau et tes surprises très prochainement.

Quant à toi, toi et toi, merci pour ta participation et reviens ici aussi souvent que tu le souhaiteras, il y aura d’autres concours, et en attendant… d’autres articles poilants.

Concours #1 : L’Occitane en Provence

59bd7122455c7_757

Aujourd’hui dimanche, place au premier concours organisé chez Fille Stule. Je te l’avais dit dès le départ, tiens-toi prêt(e), on commence en douceur pour aller vers l’extase totale au fil de la notoriété du blog. C’est comme cela que mon tout premier fonctionnait et je peux te dire que j’ai fait des heureux et des heureuses sur la toile. On continue ?

So, je te propose de gagner aujourd’hui des babioles signées l’Occitane comprenant :

  • 1 flacon d’Huile de Douche à l’Huile d’Amandes.
  • 1 flacon Mousse Douceur pour la douche et le bain parfum Fleurs de Cerisier.
  • 1 tube de Concentré de Lait au Lait d’Amande.
  • 1 joli pendentif argenté avec des décors inter changeables.
  • 2 autres super surprises que tu découvriras dans ton colis.

Pour participer mes agneaux, tu dois bien sûr être séduit(e) par ma proposition. Dans ce cas, tu n’as que deux choses à faire, mais ça j’en suis sûre, tu es rompu(e) à l’exercice.

  • Tu valides ta participation en écrivant un commentaire
  • Tu likes et tu partages ma page Facebook

C’est tout, il faut simplement jouer le jeu ! Le concours prendra fin lundi 18 septembre à 18 heures et tu connaîtras l’heureux(se) élu(e) mardi 19 au matin.

C’est parti !

Où sont mes 20 ans ?

IMG_1091

L’autre jour, je me suis dit que le travail forme la jeunesse. J’étais alors dans une motivation intense à l’idée de reprendre les cours, et j’ai repris les cours sur le mode super warrior du cartable. C’était le 11 septembre dernier, le premier jour des classes au lycée du pays d’à côté, et le 16 au matin, soit aujourd’hui, soit 5 jours plus tard, me voilà dans l’état ci-dessus affiché. La lose totale les copains !

HS ! Totally burned out des connexions nerveuses ! Moi qui voulais continuer de repeindre mon antre, je crois que je vais rester affalée dans le canapé juste histoire de donner des vacances à mes neurones en leur proposant simplement de se légumer devant les chaines cinéma du bouquet Canalsat. À moins que Lady Vitamine vienne me rendre visite entre temps, je n’ai nullement envie de fournir quelque effort. Je t’explique.

Sache que les cours commencent à 8 heures, que j’habite à 40 bornes dudit lieu d’exercice, mais étant donné qu’on est 70 000 à vouloir bosser sous les tropiques du Grand Duc Henri, ça donne des bouchons pas possibles sur tous les axes routiers qui mènent au centre ville.

5 heures ! Quoi 5 heures ? Me demanderas-tu. 5 heures, c’est l’heure pour lever le camp, sauter dans mon falzar, engloutir mon petit déjeuner, me brosser les chicots et m’engouffrer dans mon carrosse genre Cendrillon qui se barre en courant avant les douze coups de Minuit pour dégommer l’asphalte. Non, parce que le but du jeu, c’est un peu comme le jeu de mot du département de l’Eure. Tu connais ?  » Avant l’Eure, c’est pas l’Eure, après l’Eure, c’est plus l’Eure « 

Donc, si par malheur il me prend l’envie de larguer mon étron matinal juste avant de partir, c’est foutu, parce qu’une minute de retard sur le timing, c’est comme si t’avais dormi une demi heure de plus et que par conséquent t’allais arriver en retard. Le stress du débutant mes agneaux ! En même temps, de rouler à 20 km/heure dans la grosse circulation, ça te permet d’observer les rituels des autres conducteurs qui te toisent avec leurs bolides genre je me tape un salaire de 6000 euros par mois, alors que toi t’es avec ta vieille caisse de bientôt 11 ans d’âge.

Un doigt dans le nez par ci, coups d’accélération super nerveuses par là, une cigarette allumée dans la bagnole genre temple hindou rempli de bâtonnets d’encens qui t’enfument les globes oculaires d’une manière abusive, bref, tu vois le genre. Et moi dans tout ça, en parfaite bleue de ma nouvelle vie, j’observe les scènes complètement anesthésiée du poste de commandement en me demandant où j’ai atterri.

Alors, quelque temps plus tard, j’atterris enfin là où la voix de la Ginette qu’anime radio GPS me dit d’atterrir. Il est 8 heures, le lycée s’éveille, moi je lutte déjà contre le Morphée qui tient absolument à me bercer une dernière fois, je sors de la bagnole l’oeil enfariné, je m’approche du hall d’entrée, les élèves affluent et….. le sourire m’envahit. Ça gueule de tous les côtés, mes oreilles expriment des acouphènes atroces, mais peu importe, je suis arrivée et heureuse de côtoyer les gamins de la cité lycéenne qui me disent :

 » Bonjour madaaaaaaaaaaaaame !!!!! « 

♥︎

The POREfessional

fullsizeoutput_416

Je ne suis absolument pas dyslexique, je t’assure que j’ai correctement orthographié le nom des produits que je te présente aujourd’hui. En plus d’avoir une peau pas toujours facile à rassurer, on ne peut pas souffrir de tous les maux.

Comme tu sais de plus en plus que je suis une pépée colorée et joyeuse, j’ai vraiment envie de te présenter une beauty cream collection qui porte l’étrange dénomination The POREfessional de Benefit, sans faute dyslexicale entre nous soit dit. J’adore ! En plus d’être ludique, c’est efficace. J’ai testé depuis longtemps pour toi, même si cela ne fait pas longtemps qu’on cause ensemble, mais je n’ai jamais cessé de te garder dans un coin de mes connexions neuronales. Attends, je te fais un compte rendu.

C’est en 1976, l’année où la Sylvie Vartan a été élue personnalité préférée des français, que les jumelles Jean et Jane Ford lancent la marque Benefit pour dessiner un sourire sur le visage de chaque femme. Why ? Parce qu’elles ont voulu créer des produits ludiques et innovants pour un effet beauté instantané. Plus besoin d’être une experte pour être au top, dixit les belles pépées de la marque.

Les + : L’odeur exquise des produits, les textures, le design

Le – : Les prix high ( parce qu’il faut rentabiliser la com 1st class )

Présentation. Traduction en anglais : Presentation. En fait c’est pareil sauf qu’il faut enlever l’accent.

 

shopping

The POREfessional matte rescue : 31 euros. Actuellement à -30% sur le site Sephora.

 

shopping

The POREfessional mini base de teint : 13 euros.

Fais disparaître les pores en un coup de baguette magique ! Pssssst !!! Oust !

 

shopping

The POREfessional License to blot : 22 euros.

Briller, c’est bon pour le soleil… pas pour ta jolie frimousse. CIBLE les zones brillantes ! Effet instantané, fini invisible. Tapote, le tour est joué !

 

shopping

The POREfessional Agent zero shine : 34,50 euros. Actuellement à -40% sur le site Sephora

L’agent zero shine est ton arme secrète contre la peau qui brille ! Ta brillance prend la poudre d’escampette ! Pouette !!!

And so on à découvrir sur les sites Sephora et/ou Benefit.

Oh my socks !

Chaussettes1

Les tendrons,

Puisque tu apprends à me connaître, il faut que tu saches que j’affectionne les couleurs vives en matières de fringues. Cette affection profonde provient sûrement d’une vie antérieure où j’ai dû vivre l’austérité profonde d’une époque pas marrante comme il en existe encore aujourd’hui. Bref, va savoir où sont les limites de l’existence, après, c’est ton choix, comme dans l’émission du même nom.

Pourquoi ai-je jeté mon dévolu sur les chaussettes, me demanderas-tu ? Bah, y a pas que sur les chaussettes, mais celles-ci je les ai mises en scène rien que pour toi et de manière artistique afin de combler agréablement tes globes oculaires. Pis avec mes bottines Caterpillar, je pars en guerre avec la morosité.

Tu connais les chaussettes de la Berthe ? Tu sais, la Berthe aux grands pieds qui fait dans la chaussette marrante ? Oui ? Non ? Ni oui, ni non ? Pas grave mes coco(tte)s, je te les montre en fibre et en couleurs. Hein, quoi, t’as que l’option noir et blanc sur ton poste de contrôle ? Attends, ça va s’arranger, je te les montre en couleur. Régale-toi !

Chaussettes3Chaussettes4Chaussettes

Ça en jette, hein ? Le pied total !!!

My lovely panama

fullsizeoutput_40d

Les fiiiiiiilles !!!

À toi aussi, masculine créature de passage. Aujourd’hui dimanche, le soleil a décidé de bouder juste histoire de me faire regretter le fait que demain, il fera si beau alors que je serai en train de bûcher dans ma salle de classe. Nostalgie chérie, quand tu nous tiens…

Pourtant je l’ai si souvent porté ce couvre-chef qui m’a fait de l’oeil depuis mes débuts deauvillais. Entre Capelines, Canotiers, Trilby, et Bob au look vacances des années 80, moi c’est le panama que j’ai choisi d’honorer sur ma divine bobine. Celui-ci vient d’une boutique située à Trouville Sur Mer et proposé à un prix raisonnable, parce que sache mes agneaux, que le panama peut atteindre des sommes hallucinantes que seuls les touristes scandaleusement fortunés peuvent s’offrir. 1500 euros !

Version 2

Tiens, un bouquet de fleurs pour te faire passer la pilule. Ça va mieux ? Donc, ledit so expensive Panama est le Montecristi very high Quality. Même pas en rêve j’ai osé le mettre en scène pour ne pas regretter ses clins d’oeil à la Clint Eastwood. Non, voilà le mien pour 85 euros, monnaie sonnante et trébuchante.

fullsizeoutput_40ffullsizeoutput_410fullsizeoutput_411

Et quel style ça te donne ! j’adore !! J’affectionne à la folie !!! Ceci dit, faut pas te faire avoir si tu veux en acheter un car ce couvercle doit répondre à des critères ultra précis du genre :

  • La rosace : Pour déterminer en un coup de globe oculaire si le panama est bien un vrai, tu peux examiner le haut de la calotte, au centre, qui doit représenter une rosace.
  • Le Montecristi : Qui est le panama considéré comme le plus haut de gamme, et comme son nom l’indique, il est fabriqué dans la région de Montecristi en Équateur.
  • Le Cuenca : Qui est fabriqué dans la ville du même nom, en Équateur. Il s’agit d’un type de panama facilement reconnaissable à son élégant tressage en forme de chevrons.
  • Le Brisa : Qui possède un tressage en forme de petits carrés. Il est moins fin et sa fibre est plus épaisse que sur les deux autres types de panama.

Alors mes douceurs, tu as deviné l’origine de mon chapiteau ? Réponse dans ton commentaire, tu auras droit à une bise virtuelle si tu gagnes.

Donc, si toi-même tu veux avoir un look so classieux, pas la peine de te ruiner en te rendant en Équateur, l’unique pays qui fabrique les vrais panama, mais rends-toi simplement sur une virtuelle boutique genre Traclet ou dans des boutique en dur du côté de chez toi. Courage !

 

Love from Deauville

Les parasols de Deauville

Salut les potes !

Puisqu’il faut que tu comprennes un peu ma route légendaire dans ce monde de brutes, je continue mes virtuelles élucubrations rien que pour toi afin que tu saches qui suis-je, d’où viens-je, où vais-je…

Tu sais à présent que j’ai déménagé à toute blinde au cours de l’été et que cela relève du livre des records de la ménagère de moins de 50 ans. Ah bah voilà, on y est, tu sais déjà que je suis pas encore ménopausée et que par conséquent j’ai encore la pêche  pour accomplir ces choses là !

J’ai donc quitté ma vie de rêve à Deauville pour aller retrouver la vie champêtre d’un village situé au milieu des champs de blé où m’attendaient veaux, vaches, cochons, couvées. Un peu… beaucoup, comme dans  » La petite maison dans la prairie  » en fait. Rien autour ! Même pas une Ferrari qui pourrait m’emmener à la boulangerie du coin pour me ravitailler juste histoire de sustenter mes entrailles en croissants et autres viennoiseries sympathiques. Tant mieux, tu me diras, parce que c’est meilleur pour la ligne. Soit !

Je rencontre juste des tracteurs dangereusement pilotés par des cultos de la campagne profonde qui me disent : «  Bon sang, vot’ tête me dit que’que chose ! vous r’venez au pays ? Ça va, pas trop dur de r’venir ici alors que vous étiez au pays des stars ?  » Mffffff…… M’ouais, pas top le contraste, mais au moins, je reçois généreusement des légumes et des oeufs de la voisine qu’est vachement contente de me revoir dans le paysage. Sache que tu vivras jamais un truc pareil du côté des Planches où le Léonardo, le Sylverster et le George Clooney se sont pavanés, alors…

Ceci dit mes agneaux, j’ai passé du bon temps dans cette ville qui m’a fait rencontrer Sophie Thalmann qu’est une fille super sympa et naturelle comme les produits bios de la Coop d’à côté. Bye Bye donc le Casino Barrière qu’est illuminé comme Las Vegas la nuit, l’Hôtel Normandy où j’ai jamais dormi, les Planches où j’ai pas mal usé mes godasses et la Manche qui dépasse jamais les 18 degrés même en plein été.

À présent j’ai chaussé mes bottes en caoutchouc pour aller au jardin chasser les limaces qui bouffent mes salades et parler à mes fleurs rapidement plantées pour leur dire que finalement je suis bien ici. Non, parce que la vie à la campagne, loin des stars, ça a du bon quand-même. Regarde un peu.

Avant…

fullsizeoutput_254fullsizeoutput_255fullsizeoutput_253IMG_0783

Maintenant…

champ-de-ble-copie-1

Alors ?…

Ça déménage !

fullsizeoutput_6@ photo Alain Delorme

 

Salut les gosses !

Puisque tu sais maintenant que j’ai décidé de laisser à nouveau mes doigts s’exprimer en mode AZERTY, ( sache accessoirement que je maîtrise aussi le QWERTY ), je dois te dire que ce qui m’a motivée dans le désir de te raconter des histoires à dormir debout captivantes, ce n’est pas uniquement dû à l’amour paternellement inconsidéré de mon blogopote Petitalan, mais c’est aussi dû à mon récent déménagement.

Je m’explique : Ex  » régionnée  » durant 6 années pour me retrouver dans la peau d’une normande, j’ai eu la soudaine envie de revenir au bercail pour rechausser mes sabots dondaine. Oh ! Oh ! Oh ! Autant te dire que rapatrier 60m3 en quelques jours parce que tu dois quitter ton ancienne life à toute blinde, c’est une aventure à te faire tomber les poils pubiens d’une manière impressionnante.

Je m’explique encore : J’ai décroché un job du tonnerre in extremis au pays du Grand Duc Henri. Conséquence, ni une ni deux, j’ai foncé sur le Net pour dégoter un déménageur sympa qui transporte aussi les plantes. Rien de passionnant jusque-là, mais le chrono était lancé car ce qui m’attendait relevait de l’expérience Koh Lanta en arrivant sur mon nouveau lieu de vie.

Je m’explique encore une fois : Alors que j’ai quitté une maison de rêve située dans une résidence de rêve façon Victoria Lane, j’ai débarqué dans la bicoque familiale qui avait tout des scènes de crime que tu peux trouver dans l’émission  » C’est du propre  » sur M6. Le bordel total et des toiles d’araignées à te faire tomber les chicots trois par trois. Conséquence, j’ai gonflé mes biceps pour débarrasser les lieux, récurer, frotter, laver, peindre, tapisser, poncer, percer, tout ça en un temps record parce que la rentrée était très proche. Eh oui, t’auras compris que je bosse dans un bahut de grand standing.

Autant te dire que mon ostéopathe a pu partir tranquille en vacances vu les Boyards que je lui ai laissés sur sa table de soins. Bref, la rentrée a eu lieu et j’ai presque remis la baraque en ordre. Mais tu vois l’ami(e), j’ai une sainte horreur des déménagements parce que c’est la lose totale au niveau des nerfs et du bon équilibre émotionnel. J’ai craqué des neurones plus d’une fois, mais le côté positif est que j’ai toujours pu compter sur mon chat qui m’a soutenue mieux qu’un pro de la psy. Quel été pourri quand-même !

Morale de l’histoire, si tu veux pas t’emmerder avec ce genre d’embrouille ménagère, reste chez toi !

 

 

I’ll be back !

Photo du 39834141-01- à 11.03

Salut les copains !

Rien que la formule d’introduction rappellera certainement ( ou pas ) à tes connections neuronales, de joyeux souvenirs. Remember, c’était il y a 8 ans, tu étais venu traîner tes virtuelles guiboles sur ma toute première prose bloguesque. Notre liaison d’amour a duré 2 ans pis je m’suis barrée, comme ça, en te laissant dans le désespoir le plus profond.

Mea culpa l’ami, moi aussi j’ai réalisé mon examen de conscience, alors j’ai décidé de ramener ma couenne digitale sur la blogosphère. Bon, d’accord, mon exportation 2.0 a duré 6 ans, mais j’ai bien réfléchi, tu m’as manqué. Faut dire aussi qu’y a un de mes virtuels potes qu’a insisté longtemps, patiemment, lourdement, fidèlement, pour me faire revenir à la raison. Tu le connais peut-être, his name is Petitalan. J’ai fini par craquer parce que c’est un petit Père Sévérant, alors me revoilà.

Tu remarqueras que j’ai gardé ma singulière verve, celle qui t’a tant fait rire et qu’a signé ma splendeur d’antan. Je l’ai rattrapée au vol rien que pour toi, pis pour moi aussi, accessoirement. Ça te plaît ? À la bonne heure ! On causera de tout et de rien, de mode, de maquillage, de strings, de voyages, entre autres banalités affligeantes, tout ça dans la bonne humeur pour te filer la pêche de bon matin et pour te donner l’envie de revenir. Ça c’est mon esprit cash. Tu me suis ?

Ah, j’ai oublié, j’ai un chat, t’en entendras souvent parler de ce quadrupède à poils longs parce que c’est l’amour de ma vie. C’est à cause de ses yeux, ils sont bleus, alors ça m’a fait chavirer le coeur. Je ne sais pas comment j’aurais réagi s’ils avaient été rouges. Ça doit être à cause que j’aime pas la colère. Bref. Mfffffff….

Voilà pour les présentations les copains, je te dis à la prochaine pour un papier surprise, pis accroche-toi, je vais remettre le couvert en proposant un super concours pour te faire gagner un super cadeau. Prêt(e) ?